Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Allemagne : Une nouvelle voie dans le traitement de l’ostéoporose

Actuellement, la recherche autour de l’ostéoporose se diversifie et cherche ainsi à découvrir de nouveaux récepteurs, qui seraient de potentielles cibles thérapeutiques. Des chercheurs de l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg (FAU, Bavière) ont identifié un récepteur appelé PPARβ/δ, qui est impliqué à la fois dans le contrôle de la résorption osseuse et dans la structure osseuse. L’ostéoporose est caractérisée par une perte de la résistance des os, impliquant une prédisposition aux fractures. Dans la plupart des cas, les os se fragilisent en raison d’un manque de calcium, de phosphore et d’autres minéraux. La maladie étant causée par un déséquilibre de la formation et de la résorption osseuse, plusieurs stratégies de traitement sont destinées à l’inhibition de l’activité des cellules responsables de la dégradation de l’os, les ostéoclastes. Une équipe de recherche dirigée par Gerhard Krönke, chef d’un groupe de travail de médecine clinique — rhumatologie-immunologie à l’hôpital universitaire d’Erlangen a ainsi identifié le récepteur PPARβ/δ comme un point de départ important pour un nouveau type de thérapie : le récepteur est impliqué à la fois dans le contrôle de la résorption osseuse, mais aussi dans la structuration des os, ce qui en fait l’un des facteurs clés pour le traitement de divers troubles musculo-squelettiques. « Lorsque ce récepteur n’est pas activé, une ostéoporose accélérée se produit », a déclaré Carina Scholtysek, biologiste impliquée dans le projet. Inversement, il a pu être démontré que l’activation pharmacologique du récepteur identifié peut guérir l’ostéoporose. L’activation de PPARβ/δ ne conduit pas à une inhibition de la résorption osseuse simple, mais — via l’activation des ostéoblastes — cherche à rétablir l’équilibre normal de la formation et de la résorption osseuse. « Le constat que PPARβ/δ peut non seulement causer la dégradation des os, mais aussi le renouvellement d’une structure osseuse physiologique pourrait être une véritable percée dans la thérapie de l’ostéoporose », explique Krönke. L’apport de recherches antérieures pourrait permettre le développement de médicaments sur la base de cette approche. En effet, PPARβ/δ régule également le métabolisme des graisses et du cholestérol. Actuellement, un principe actif ayant pour fonction première la réduction des taux élevés de lipides sanguins, et ce par le biais de l’activation de ce récepteur, est en phase d’essais cliniques. À l’avenir, un traitement médicamenteux assurant le traitement simultané de diverses maladies telles que l’ostéoporose et un taux de cholestérol élevé est envisageable.

www.nature.com/nm/jo…
Source : Rapport d’ambassade

Leave a Response