Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Slovaquie : Des chercheurs de la STU alertent sur les risques présentés par certains colorants bleus utilisés pour l’alimentation et les cosmétiques

Les chercheurs de la faculté de chimie et de technologie alimentaire de l’université technique de Slovaquie (STU) ont mis en évidence que certains colorants synthétiques contenus dans les cosmétiques, mais également dans les sucettes ou les bonbons durs peuvent pénétrer dans le sang à travers la peau ou les muqueuses. Ces résultats ont fait l’objet d’une publication dans la revue Food and Chemical Toxicology.
La chercheuse Jarmila Hojerová s’exprime sur le site de la STU : « Les colorants de synthèse entrent dans la composition des produits de la vie courante, nous y sommes donc exposés de manière régulière et durant de nombreuses années. La communauté scientifique est actuellement préoccupée par les risques sanitaires présentés en particulier par les colorants azoïques et les dérivés du triphénylméthane. Leur présence dans la composition des aliments fait l’objet de discussions, mais peu d’attention est portée sur le sort de ces colorants lorsqu’ils sont appliqués sur la peau et les muqueuses. Alors que les colorants ingérés sont partiellement dégradés et éliminés dans le tractus gastro-intestinal, la pénétration par les structures cutanées vivantes les amène directement dans la circulation sanguine, ce qui peut entraîner des conséquences encore plus graves pour la santé. »
L’équipe de chercheurs s’est concentrée sur la pénétration par la peau et les muqueuses des colorants dérivés du triphénylméthane et en particulier sur le Bleu Brillant E133 et le Bleu Patenté E131. Puisque les tests de cosmétiques sur les animaux vivants sont interdits depuis 2009 dans l’Union Européenne, les chercheurs ont évalué l’absorption cutanée des colorants par des méthodes in vitro : une oreille de porc a été placée dans une chambre de diffusion qui simule les conditions de pénétration chez l’Homme. Cette oreille a été utilisée intacte dans un premier temps, puis a été altérée par un rasage.
« Lorsque la peau était intacte, les colorants n’ont pas pénétré dans les structures cutanées vivantes, même lorsque la durée d’exposition aux cosmétiques a été fixée à 24 heures. C’est pourquoi l’utilisation de colorants de synthèse pour augmenter l’attractivité de certains types de cosmétiques est tolérable. Il en a été autrement lorsque la barrière de la peau avait été altérée par rasage ou par épilation. Nous avons enregistré la pénétration la plus importante dans les structures cutanées vivantes lors de l’application de produits contenant de l’alcool (lotions, gels après-rasage, etc.) qui contiennent souvent ces colorants. », a déclaré Jarmila Hojerová, toujours sur le site de l’université STU.
Les chercheurs ont ensuite évalué la pénétration de colorant mélangé à la salive à travers la surface de la langue durant le léchage de sucettes ou de bonbons. Ils ont utilisé pour cela une langue de porc. Bien qu’en faible quantité, la pénétration de colorant à travers le mince tissu de la langue directement dans la circulation sanguine est inquiétante pour l’équipe.
Jarmila Hojerová conclue en ces termes : « Nous considérons les conclusions de l’étude comme alarmantes, en regard de deux usages : la consommation de sucettes et de bonbons par les enfants qui constituent le groupe le plus vulnérable de la population et l’utilisation fréquente de lotions d’après-rasage par les hommes ainsi que de produits après épilation par les femmes. Nous sommes d’avis que l’autorisation d’utiliser ces colorants dans les cosmétiques destinés au traitement des peaux endommagées, ainsi que dans les sucreries à pâtes dures, qui restent relativement longtemps en contact avec la surface de la langue, soit reconsidérée par les organismes responsables de l’Union Européenne. »
Selon le site cosemticsdesign-euro…, l’association internationale des fabricants de colorants (IACM) considérerait cette étude comme « inutilement alarmante » puisque les colorants en question sont autorisés aux États-Unis depuis plus de 90 ans et rappelait que « l’industrie des colorants prend très au sérieux ses responsabilités en matière de sécurité pour le consommateur ».

www.sciencedirect.co…
Source : Rapport d’Ambassade

Leave a Response