Une lettre d’informations d’Act In Biotech

République Tchèque : Nouvel espoir dans la lutte contre le diabète

Une équipe de chercheurs tchèques, américains, britanniques et australiens vient de percer le mécanisme d’interaction de l’insuline avec son récepteur cellulaire. Fruit d’une collaboration de long terme, la découverte des scientifiques, publiée dans le journal Nature, pourrait permettre le développement de nouveaux traitements antidiabétiques.
L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas qui joue un rôle majeur, notamment dans la régulation de la glycémie. La liaison entre l’insuline et son récepteur membranaire déclenche une cascade réactionnelle qui permet le transfert du glucose du sang vers la cellule. Si la structure de l’insuline est connue depuis plus d’un demi-siècle, celle de son récepteur demeurait un mystère. C’est au moyen d’expériences de cristallisation et d’analyses par cristallographie aux rayons X menées par l’équipe australienne que les chercheurs ont pu mettre à jour cette structure. Ce travail n’aurait toutefois pu être réalisé sans la contribution du groupe tchèque. Forts de plusieurs années de recherche sur les propriétés de l’insuline, les scientifiques de l’Institut de Chimie Organique et de Biochimie de l’Académie des Sciences ont réussi à développer des analogues de l’insuline — des sortes d’insulines hautement réactives qui se lient plus fortement à leurs récepteurs. C’est à partir de ces composés que l’équipe australienne a pu mener à bien ses recherches.
Connaître les liaisons qui régissent le mécanisme d’interaction entre l’insuline et son récepteur pourrait non seulement permettre d’accroître l’efficacité des analogues de l’insuline, mais aussi de développer des molécules de structure différente, mais ayant le même effet que l’insuline. Ce sont autant de nouveaux traitements potentiels dans la lutte contre le diabète, alors même que la maladie ne cesse de gagner du terrain : on comptait dans le monde 366 millions de diabétiques en 2011 et l’on estime qu’ils seront 550 millions d’ici 20 ans.

www.nature.com/natur…
Source : Rapport d’Ambassade

Leave a Response