Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Royaume-Uni : Le développement embryonnaire à la loupe

Des chercheurs au Royaume-Uni ont identifié un processus vital dans le développement de l’embryon mammifère. Ils ont développé un outil capable d’imiter les tissus mous de l’utérus des mammifères dans lequel l’embryon s’implante. Les résultats pourraient mener au développement de traitements innovants pour de nombreuses maladies. Présentée dans la revue Nature Communications, la recherche a été financée en partie par le projet MASC (« Materials that impose Architecture within Stem Cell populations »), qui a reçu une subvention du CER de presque 2,3 millions d’euros au titre du septième programme-cadre (7e PC). 

Sous la direction du professeur Kevin Shakesheff, du Drug Delivery and Tissue Engineering division de l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, cette étude révolutionnaire a permis de voir des aspects jamais observés auparavant du développement embryonnaire. L’équipe a observé en temps réel les processus de croissance durant une étape vitale entre le 4e et le 8e jour de développement. 

« En utilisant nos matériels et techniques uniques, nous avons pu fournir à nos collègues de recherche une image du comportement incroyable des cellules à cette étape vitale du développement embryonnaire », commente le professeur Shakesheff. « Nous espérons que nos travaux offriront des secrets qui permettraient d’améliorer les traitements médicaux nécessaires à la régénération de tissus et ouvriront de nouvelles opportunités d’améliorer les techniques de fertilisation in vitro (FIV). À l’avenir, nous espérons développer d’autres technologies qui permettront aux biologistes spécialisés dans le développement de comprendre comment se forment nos tissus. » 

Dans le passé, les chercheurs cultivaient un œuf fertilisé pendant quatre jours et ce dernier se transformait d’une cellule unique en un blastocyste. Mais les chercheurs n’ont jamais su ce qui se passait après cette étape, jusqu’à présent. Dans cette étude, l’équipe a suivi et enregistré deux aspects du développement embryonnaire après le quatrième jour. Ils ont observé la première étape de formation de la tête, dans lesquelles les cellules pionnières se déplacent sur de grandes distances au sein de l’embryon. Ils ont identifié des amas de cellules extraembryonnaires qui signalent l’endroit où la tête devrait se former. 

Les chercheurs ont déterminé que les cellules apparaissent à partir d’une ou deux cellules au stage de blastocyste avant de migrer dans la position où elles signalent l’emplacement du développement de la tête. 

« Nous provenons tous d’une cellule unique », commente le professeur Shakesheff. «En quelques semaines au cours du développement, les principaux tissus et organes de l’embryon se forment et commencent à fonctionner. Si nous pouvons exploiter cette capacité remarquable du corps humain à se former tout seul, nous serons en mesure de concevoir des traitements médicaux qui pourront guérir les maladies actuellement intraitables. Par exemple, les maladies et défauts cardiaques pourraient être évités si nous pouvions recréer le processus de formation des muscles cardiaques et leur connexion aux systèmes sanguins et nerveux.»

www.nature.com/ncomm…
Source: Cordis News

Leave a Response