Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Allemagne : Un nouveau procédé de fabrication pour faciliter la lutte contre le paludisme

200 millions de personnes sont aujourd’hui atteintes du paludisme dans le monde. Malgré l’existence d’une thérapie efficace, plus d’un million de personnes meurent chaque année de cette maladie, car elles ne peuvent pas se procurer la thérapie, principalement à cause de son coût, mais aussi de sa disponibilité. La principale molécule active de ce médicament, l’artémisinine, est isolée à partir d’une plante, l’Artemisia annua, déjà utilisée contre le paludisme depuis 2000 ans par les guérisseurs chinois. Celle-ci ayant une floraison annuelle, la production et le prix de l’artémisinine varient grandement. Peter H. Seeberger, Directeur de l’Institut Max Planck de Potsdam (Brandebourg) et Professeur en Chimie à l’Université libre (FU) de Berlin, et son collègue François Lévesque ont développé un nouveau procédé de synthèse de l’artémisinine. Celle-ci ne sera donc plus dépendante du nombre de plantes récoltées, ce qui pourrait augmenter la quantité de médicaments produits et diminuer leurs prix.
Les chimistes ont pour cela utilisé l’acide artémisinique, un produit secondaire obtenu en quantité dix fois supérieure à l’artémisinine lors de l’extraction de cette dernière, mais jusqu’ici inutilisé. L’acide artémisinique est de plus très facile à produire dans des levures modifiées génétiquement, car il a une structure beaucoup plus simple que l’artémisinine. Il est ensuite possible de le transformer en artémisinine en une seule étape. Les chercheurs ont développé un appareil permettant de produire de l’artémisinine en grande quantité de façon très contrôlée. Le seul procédé de synthèse connu jusqu’alors était beaucoup plus compliqué et plus coûteux, ce qui n’en faisait pas une alternative potentielle à la production à partir de plante.
Pour cette dernière réaction, les scientifiques utilisent la photochimie : l’acide est mélangé avec de l’oxygène (oxygène singulet) et passe ensuite dans un tuyau fin enroulé autour d’une lampe à LED. Sous la lumière ultraviolette, l’oxygène se lie par un processus photochimique à l’acide, permettant la transformation de 40% de l’acide artémisinique en artémisine en 4,5 minutes d’exposition.
La photochimie n’est pas encore implémentée au niveau des industries pharmaceutiques, car celles-ci utilisent de gros réacteurs que la lumière ne parvient pas à traverser. Les chercheurs de Potsdam ont ainsi trouvé un moyen de régler ce problème. « Nous estimons que 800 de nos photoréacteurs suffisent à couvrir les besoins en artémisine dans le monde entier » explique Peter Seeberger.
Le scientifique pense que le nouveau procédé pourrait passer à l’application dans environ six mois, et dès lors faire disparaître le goulot d’étranglement de l’artémisinine et faire diminuer le prix de la thérapie associée de façon conséquente. La production d’artémisinine à partir de plante permettrait ainsi la fabrication de cinq fois plus de médicaments.
Reste la question de l’accès aux soins : malgré leurs bas prix, ces médicaments arriveront-ils jusqu’aux malades dans les pays sous-développés qui sont les plus touchés par la maladie ?

onlinelibrary.wiley….
Source : Rapports d’Ambassade

Leave a Response