Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Allemagne : DIABAT ou comment utiliser le tissu adipeux brun contre l’obésité

Le Centre allemand de recherche contre le cancer (DKFZ) coordonne un consortium européen, DIABAT, cherchant à combattre les maladies liées au surpoids en utilisant le tissu adipeux brun. L’incidence du surpoids et de l’obésité ont en effet fortement augmenté ces dernières années et les maladies qui en résultent, telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires ou le cancer ont suivi la même tendance.

L’obésité apparaît lorsque le corps stocke le surplus d’énergie sous forme de graisse au sein du tissu adipeux blanc. Un autre type de tissu adipeux, le tissu adipeux brun, utilise lui l’énergie pour produire de la chaleur. Jusqu’à 2007, ce tissu était connu seulement chez les nourrissons, mais il a depuis été prouvé que les adultes en possèdent aussi, et de manière relativement supérieure chez les personnes minces que chez les individus en surpoids. En 2010, l’équipe de Stephan Herzig du DKFZ avait montré que l’hormone inflammatoire Prostaglandine stimulait la formation de cellules du tissu adipeux blanc. Ces cellules ayant des caractéristiques très similaires à celles du tissu adipeux brun, ces résultats pourraient permettre d’augmenter la quantité de tissu brun dans le corps, ceci entraînant une diminution du tissu blanc et une augmentation significative de la consommation de glucose et ainsi d’énergie par le corps. Ils pourraient ainsi ouvrir la voie à une nouvelle méthode pour combattre l’obésité et les maladies associées.

Les chercheurs du DKFZ se sont associés à 19 partenaires, dont trois entreprises, issus de 12 pays européens pour identifier les cellules souches des cellules adipeuses brunes ainsi que leur profil moléculaire, développer des méthodes pour extraire ces cellules précurseurs et les mettre en culture et évaluer leur effet sur des souris modèles (retard, prévention du diabète…). Le projet prévoit aussi la recherche et l’évaluation par essai clinique de molécules capables d’activer les cellules adipeuses brunes ou de stimuler leur formation. Ce tissu étant présent sous forme de petits îlots disséminés, un autre objectif du programme est d’améliorer les méthodes d’imagerie permettant de visualiser ce tissu adipeux et de découvrir de nouveaux biomarqueurs permettant de suivre de petites variations de sa quantité dans le corps.

L’Union européenne finance le projet à hauteur de six millions d’euros pour les quatre prochaines années. Le nom du consortium, « DIABAT », a été formé à parti du mot « diabète » et de l’abréviation de « brown adipose tissue » (tissu adipeux brun en anglais). « Le consortium DIABAT rassemble une diversité impressionnante d’expertises et de savoir-faire scientifiques, des chercheurs en métabolisme et en biologie moléculaire aux cliniciens et radiologues en passant par les experts en nutrition », selon Stephan Herzig.

www.dkfz.de/en/metab…
www.cell.com/cell-me…
Source : Rapports d’Ambassade

Leave a Response