Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Autriche : Pourquoi les humains possèdent plus de neurones que les souris

Alors qu’une souris dispose d’environ 8 millions de neurones dans son cortex cérébral, un être humain en possède plus de 15 milliards. Des chercheurs de l’Institut de Biotechnologie Moléculaire (IMBA, [1]) de l’Académie des Sciences autrichienne ont démontré le rôle fondamental d’une protéine particulière dans ce résultat.
Durant le développement du cerveau, il existe un mécanisme tel que pour chaque division d’une cellule souche, une des cellules filles devient une cellule nerveuse tandis que la seconde devient une autre cellule souche. Ainsi peut se constituer un réservoir conséquent de matériel neurologique. Les cellules souches peuvent néanmoins se diviser selon différentes orientations spatiales, et le consensus actuel stipule que c’est l’orientation de la division qui détermine si ce sont des cellules nerveuses ou des cellules souches qui sont produites.
Mais les scientifiques de l’IMBA ont mis en doute cette hypothèse. Ils ont élevé des souris pour lesquelles la direction de la division des cellules souches peut être modifiée sous l’action d’une protéine, nommée « inscuteable » : en présence de cette protéine, la cellule se divise horizontalement ; en son absence, elle se divise verticalement. Les chercheurs ont constaté que des neurones sont créés dans les deux cas, mais en nombre nettement plus important avec une division horizontale. Ainsi, si une souris possède une plus grande quantité de cette protéine, elle fabriquera plus de cellules nerveuses. Ce serait le même phénomène qui expliquerait la prolifération des cellules nerveuses dans le cerveau humain.
Dans les organismes évolués, la multiplication des cellules souches est indirecte : dans le cas d’une division horizontale, une cellule « progénitrice intermédiaire » est créée – en plus de la cellule souche. Cette cellule n’a pas les propriétés d’une cellule souche mais elle peut se diviser – en moyenne une fois chez la souris – de sorte que plusieurs cellules nerveuses sont générées par la division d’une seule cellule souche. Or cette prolifération cellulaire indirecte est également contrôlée par la protéine « inscuteable » et ce mécanisme est la clé du développement de cerveaux plus importants. Chez les humains par exemple, cette neurogenèse indirecte est encore plus évoluée, les cellules intermédiaires étant plus complexes et se divisant plus souvent que chez la souris.
Quant à la question de savoir si provoquer un niveau artificiellement élevé de cette protéine rend les souris plus intelligentes, ou si les souris avec un déficit de cette protéine sont moins intelligentes, les chercheurs ne peuvent pas encore y répondre. Néanmoins, ils suspectent que l’évolution de la protéine et de ses fonctions pourrait avoir contribué à la formidable complexité du cerveau humain. Cette hypothèse est confortée par le fait que le modèle de division des cellules intermédiaires est étroitement lié au degré d’intelligence. Ainsi, seuls les primates possèdent le même modèle de division que l’Homme.

www.imba.oeaw.ac.at/
Source: Rapports d’Ambassade

Leave a Response