Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Allemagne : Premier modèle de prédiction in silico pour la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs du Centre Max Delbrück de médecine moléculaire (MDC) de Berlin-Buch ont développé le premier modèle mathématique à partir duquel l’influence des facteurs de risques génétiques peut être estimée. L’équipe de Thomas Willnow a pour cela collaboré avec la biomathématicienne Jana Wolf du MDC et des experts en biologie des systèmes de l’Université de Rostock (Mecklembourg-Poméranie occidentale). Les travaux ont été publiés dans la revue « The EMBO Journal » le 11 octobre 2011.

Le point de départ du modèle est la molécule de transport SORLA (de l’anglais « Sorting protein-related receptor ») produite par les neurones. Elle influence la formation de dangereux agrégats ou plaques de peptides beta-amyloïde dans le cerveau, qui sont caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Ces agrégats détruisent les neurones des personnes touchées et entraînent un déclin irréversible des capacités cérébrales.

Il y a quelques années, Thomas Willnow et des chercheurs du Danemark avaient découvert que SORLA se fixait à la protéine précurseur des peptides beta-amyloïde (APP) et empêchait ainsi la formation de ces dangereux fragments. Lors d’études sur des cerveaux de souris et d’humains décédés atteints ou non de la maladie d’Alzheimer, Thomas Willnow et ses collègues de Berlin ont identifié une variante du gène de SORLA, plus fréquemment retrouvée chez les malades que chez les individus sains. Cette variante a pour conséquence une production diminuée de SORLA par les neurones et, ainsi, une production plus élevée de beta-amyloïde. Elle pourrait donc être un facteur de risque de la maladie.

 »Alzheimer est un exemple type de maladies pour lesquelles des petites variations quantitatives ont des conséquences dramatiques. », explique Thomas Willnow. « S’il existait une thérapie efficace, nous pourrions utiliser notre modèle pour estimer le degré de production de SORLA à partir duquel il existe un risque réel d’être atteint d’Alzheimer et ainsi agir avec un traitement efficace précoce. »

www.nature.com/emboj…
Source : Rapports d’Ambassade

Leave a Response