Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Canada : Des scientifiques de l’Université d’Ottawa et de l’IRHO réalisent une percée historique dans le cadre d’un essai clinique de traitement du cancer

Une équipe de chercheurs dirigée par le Dr John Bell a participé à la réalisation d’un essai clinique de traitement du cancer inédit dans le monde, dont les résultats s’annoncent très prometteurs.

L’étude, publiée la revue Nature, a révélé qu’une thérapie virale par voie intraveineuse peut systématiquement s’attaquer aux tumeurs, sans pour autant affecter les tissus normaux du corps humain. Cette étude est également la première à démontrer qu’un gène étranger peut s’attaquer de façon sélective aux tumeurs une fois administré par voie intraveineuse.

L’essai a porté sur un total de 23 patients, dont sept d’Ottawa, tous atteints de cancers avancés qui s’étaient propagés à plusieurs organes et qui étaient réfractaires aux traitements habituels. Chaque patient s’est vu administrer une dose précise (parmi cinq doses de forces différentes) d’un virus appelé JX-594, dérivé d’une souche du virus de la vaccine largement utilisé comme vaccin vivant contre la variole. Outre sa propension naturelle à se reproduire dans les cellules cancéreuses, ce virus a été génétiquement conçu pour offrir des propriétés anticancéreuses améliorées.

Les biopsies effectuées chez les patients ont révélé que, chez 87% de ceux ayant reçu l’une des deux doses les plus élevées, le virus s’était reproduit dans les tumeurs sans toucher les tissus normaux. De plus, chez six des huit patients (75%) ayant reçu l’une des deux plus fortes doses, une régression ou une stabilisation de la tumeur a été observée, ce qui laisse entrevoir d’intéressantes possibilités quant à l’efficacité du traitement. Des effets moindres ont toutefois été observés chez les patients ayant reçu les doses moins fortes.

Le traitement, par ailleurs, s’est révélé extrêmement sûr. La plupart des effets secondaires variaient de faibles à modérés, s’apparentaient aux symptômes de la grippe et duraient moins d’une journée.

www.nature.com/natur…
Source: Rapports d’Ambassade

Leave a Response