Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Canada : Observation en direct d’une transcription génétique

La transcription d’un gène vient d’être observée pour la première fois en temps réel, grâce à des équipements très sophistiqués et une méthode de marquage unique. La transcription génétique est un processus complexe qui consiste à synthétiser des molécules d’Acide RiboNucléique (ARN) à partir de l’ADN.

Des chercheurs de l’Université de Yeshiva à New-York et Daniel Zenklusen [1], professeur à l’Université de Montréal, ont pu observer ce processus de transcription à partir du marquage d’un seul gène dans un organisme unicellulaire vivant : une cellule de levure. Pour y parvenir, les scientifiques ont inséré des protéines fluorescentes dans le gène, ce qui a permis d’examiner la synthèse de l’ARN et de suivre l’expression de la totalité du gène. L’observation a été faite à l’aide de capteurs ultrasensibles initialement conçus pour des instruments d’astronomie. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans une récente édition de la revue Science.

 »Il est très difficile d’étudier une molécule individuelle dans une cellule vivante parce que le signal est trop faible » explique le professeur Zenklusen. « Nous avons ciblé le plus long des 6000 gènes de la cellule de levure afin de pouvoir observer une durée de transcription plus longue ». Ainsi, les chercheurs ont pu scruter chacune des trois phases de la transcription – l’initiation, l’élongation et la terminaison – ainsi que l’activité de l’ARN polymérase, l’enzyme qui catalyse le processus. Outre l’avancée technologique, cette étude a permis de découvrir que la fréquence de transcription d’un gène est déterminée par le nombre de facteurs de transcription présents dans le noyau de la cellule.

Un facteur de transcription est une protéine qui se fixe sur le promoteur d’un gène, c’est-à-dire la séquence d’ADN précédant le gène et qui en détermine le niveau d’expression. Selon cette étude, l’initiation de la transcription apparait comme un fait aléatoire qui dépend du succès des facteurs de transcription à se fixer sur les promoteurs. « Si nous pouvons déterminer le nombre de facteurs de transcriptions spécifiques d’un gène, nous aurons la fréquence exacte de son expression » affirme Daniel Zenklusen.

www.sciencemag.org/c…
Source : Rapports d’Ambassade

Leave a Response