Une lettre d’informations d’Act In Biotech

CREALYS, incubateur public de projets d’entreprises innovantes présente un excellent bilan 2010 et les conclusions d’une étude sur les incubateurs Rhône-Alpins

Détecter des projets qui aboutiront à la création d’entreprises innovantes en lien avec la recherche publique, telle est la mission des incubateurs publics d’entreprises innovantes. Avec 18 nouvelles entreprises créées, CREALYS affiche un bilan excellent pour l’année 2010 et maintient sa position de premier incubateur du territoire en nombre d’entreprises créées en collaboration avec la recherche publique.
Impliqué dans une démarche d’amélioration permanente, CREALYS s’est impliqué aux cotés du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, de la Région Rhône-Alpes et de l’incubateur GRAIN dans la conduite d’une étude sur les entreprises issues des incubateurs du territoire depuis 1999. L’étude met en lumière les bénéfices de la création d’entreprise à partir du gisement de ressources que constitue la recherche publique ainsi que les facteurs et les freins à la réussite des entreprises innovantes. Elle démontre que les incubateurs sont perçus par les entrepreneurs comme des acteurs incontournables de la création d’entreprises innovantes dans la région.
Avec 138 entreprises innovantes créées depuis le démarrage de sa mission en 1999, CREALYS, l’incubateur public dédié au territoire Rhône-Alpes Ouest, conforte sa position de premier incubateur du territoire national en nombre d’entreprises créées. Dynamique l’année 2010 a vu la création de 18 nouvelles entreprises, permettant ainsi à l’incubateur d’afficher, 2 années consécutives, le score le plus élevé de son histoire. Ces entreprises se répartissent entre les trois domaines d’expertise de CREALYS :
– Sciences de la Vie avec les sociétés APROLIP, AXO SCIENCE, CERCLH, REPROXX, OREGA BIOTECH, AYAWANE, AMOEBA. Les solutions diagnostiques ou thérapeutiques dans le domaine médical ou vétérinaire ont constitué le vivier principal de la filière Sciences du vivant.
– Technologies de l’Information et de la Communication – TIC avec les sociétés PROXAN, SONORA, SYSFERA, LYATISS, THE COSMO COMPANY, PICVIZ LABS et SEESTEMS. Les solutions de télécommunications, pour les réseaux informatiques, les services informatiques et les logiciels représentent les tendances fortes de ce secteur.
– Sciences de l’Ingénieur avec les sociétés YLLIAD, STREAMER, THARSIS ENERGY, GDL qui proposent des solutions diverses au service de l’industrie.
Par analogie avec le parcours de leurs ainées, ces nouvelles entreprises devraient être promises à de belles perspectives. En effet, les 138 entreprises issues de CREALYS affichent un taux de survie à 3 ans, de 94%. Elles sont bien insérées dans le tissu économique puisqu’elles représentent au global, 700 emplois qualifiés environ et ont su catalyser 90 millions d’euros de levées de fonds.
Ces excellents résultats sont un écho à la démarche d’évaluation permanente de CREALYS, à l’image de son implication dans l’étude sur l’action des incubateurs de la région Rhône-Alpes.

Étude : les incubateurs, acteurs incontournables de la création d’entreprise innovante
Conduite dans une perspective d’amélioration des outils d’accompagnement à la création d’entreprises innovantes, l’étude initiée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, la Région Rhône-Alpes et les incubateurs CREALYS et GRAIN, a porté sur les entreprises issues des incubateurs du territoire depuis 1999. Elle avait pour objectif central de comparer la trajectoire des projets issus de la recherche publique et de ceux issus de l’initiative privée et accompagnés dans leur maturation par les laboratoires publics.
Les entreprises interrogées, issues des incubateurs publics de Rhône-Alpes, affichent des performances économiques remarquables. Depuis l’étude de 2008, le chiffre d’affaires (cf. graphique ci-contre) et l’effectif moyen des entreprises interrogées ont doublé et sont très supérieurs aux résultats nationaux. La cinquième année d’exercice est charnière : elle marque souvent la fin du processus de développement et le début d’une croissance économique plus soutenue.
Les thématiques des entreprises créées se répartissent équitablement entre les sciences de la vie, les sciences de l’ingénieur et les technologies de l’information et de la communication.
Si l’étude de 2008 montrait que les entreprises issues de la recherche publique étaient plus attractives pour les investisseurs privés que les entreprises travaillant en collaboration avec les laboratoires publics, cet écart tend à se gommer dans l’étude de 2010.

Facteurs et freins à la réussite des entreprises innovantes
L’étude a analysé six composantes de la réussite des jeunes entreprises innovantes : le financement, les compétences scientifiques, la connaissance du secteur d’activité, les partenariats et réseaux ainsi que compétences commerciales. Après observation des notes attribuées aux différents facteurs, il apparait que les compétences commerciales sont dévaluées au profit des compétences techniques. Les porteurs de projets placent en effet au second plan les compétences commerciales et la nécessité de s’intègrer dans des réseaux et une logique de partenariats. Ils jugent les compétences techniques (connaissance du secteur, dimension scientifique) comme des facteurs de succès majeurs. Ces résultats sont d’autant plus étonnants que les porteurs de projets invoquent la commercialisation du produit et l’accès aux marchés, comme difficultés principales. . L’étude confirme que les chiffres d’affaires les plus élevés concernent les entreprises qui ont davantage conscience de l’importance de ces facteurs pour assurer la réussite de l’entreprise. Le retard de développement technologique/technique constitue aussi un frein à la progression de l’entreprise. Il s’explique par les profils des porteurs de projets qui ont l’expérience de la recherche mais moins de la mise en application (développement).
Du point de vue du financement, les différentes sources ont été examinées par l’étude – le financement privé, les subventions et les dispositifs Jeunes Entreprises Innovantes (JEI), Crédit Impôt Recherche (CIR) et Conventions Industrielles de Formation par la REcherche (CIFRE) – et appellent les observations suivantes :
– les entreprises ayant levé des capitaux privés ont des résultats économiques très supérieurs (CA moyen de 898 k€) aux entreprises n’ayant pas levé de capitaux privés (CA moyen de 310 k€). Les entreprises issues de la recherche publique sont en moyenne moins nombreuses à lever des fonds que les entreprises liées, cependant la valeur cumulée de leurs investissements est plus importante (50 M€) que celle des entreprises liées (34 M€).
– De très nombreuses subventions sont accessibles pour les entreprises innovantes de la région Rhône-Alpes, aussi bien au niveau national (concours Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche), régional (fond d’innovation, Ideclic) que local. Le concours MER se détache cependant parmi l’ensemble des aides comme étant un facteur primordial de réussite. En effet, les entreprises n’étant pas lauréates du concours ont un chiffre d’affaires moyen de 403 k€ contre 568 k€ pour les entreprises lauréates. La subvention plafonnée de 450 k€ allouée à l’issu du concours MER sert d’accélérateur pour le développement technologique des entreprises.
– Le JEI et le CIR sont des dispositifs largement utilisés par les entrepreneurs.
– L’ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie) a mis en place le dispositif CIFRE qui permet aux entreprises de confier à des doctorants un travail de recherche et ainsi d’utiliser leurs connaissances scientifiques comme accélérateur de développement. Seules 25% des entreprises ont recours à ce dispositif. Cependant, les entreprises ayant eu recours au financement CIFRE ont un chiffre d’affaires moyen de 734 k€ contre 290 k€ pour les entreprises n’ayant pas recours à ce financement. Les entreprises qui mettent l’accent sur leurs compétences techniques internes en ayant recours au financement CIFRE obtiennent de meilleurs résultats économiques.

À propos de CREALYS
Créé à l’initiative de la loi sur l’innovation et la recherche de 1999 suite à l’appel à projets « Incubation et Capital amorçage des entreprises technologiques », CREALYS est l’incubateur public du territoire Rhône-Alpes Ouest. Avec plus de 138 entreprises créées depuis 1999, il se positionne comme le premier en nombre de créations d’entreprises en collaboration avec la recherche publique. Les projets incubés par CREALYS affichent un grand dynamisme avec notamment un volume de levées de fond de plus de 90 millions d’euros et un taux de survie de 93% à 3 ans. CREALYS intervient sur 4 filières fortes : les Sciences de la vie, les Sciences de l’ingénieur, les Technologies d’Information et de la Communication et les Sciences Humaines et Sociales.

Contact Presse :
Cathy Clément (Gaia Communication) : +33 (0)6 28 41 17 16 – +33 (0)1 30 82 66 65
cathy.clement@gaiaco…
Source: Communiqué de presse Lyon, mardi 15 mars 2011

Leave a Response