Une lettre d’informations d’Act In Biotech

R&D : Maintien des efforts en 2009, malgré la crise

D’après les premières estimations du ministère de la recherche, en 2009, les entreprises auraient maintenu leur effort de recherche malgré la crise (+ 0,6 %), alors que les administrations l’augmenteraient « nettement » (+ 4,3 %).
Dans une note d’information publiée le 11 février, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche dresse le bilan de la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) de 2008 et présente les premières estimations pour 2009. Ainsi, en 2008, la DIRD a augmenté de 1,8 % en volume pour atteindre 41 milliards d’euros (Md€) et elle progresserait de 2 % en 2009 pour un total de 43,2 Md€. Si en 2008, « la hausse de la DIRD résulte d’une contribution équivalente des secteurs des administrations et des entreprises », en 2009, c’est « grâce à un financement accru des administrations publiques » (hausse de 1,6 % pour le public contre 0,4 % pour les entreprises).

Un ratio DIRD / PIB de 2,21 % en 2009
En termes de proportion du PIB consacré à la recherche, le ratio DIRD / PIB, une progression est également constatée : « pour la première fois depuis 2003, le rapport DIRD/PIB, qui mesure l’effort de recherche de la nation, augmente » note le ministère. En 2008, le ratio s’élève à 2,11 % et atteindrait 2,21 % en 2009. Les objectifs de Lisbonne de consacrer 3 % du PIB à la R&D ne sont pas encore atteints, mais la France se classe à la 5e place mondiale, derrière le Japon (3,42%), la Corée du Sud (3,37%), les États-Unis (2,77 %) et l’Allemagne (2,64 %).

38 % des activités de R&D des entreprises sont sous-traitées
La note du ministère constate également que la R&D des entreprises est « concentrée » : trois branches, les industries automobile, pharmaceutique et aéronautique et spatiale, regroupent 40 % des dépenses et les entreprises de plus de 100 chercheurs (2 % des entreprises qui font de la R&D) réalisent 64 % des dépenses de R&D des entreprises (DIRDE). Une partie de ces activités de R&D est sous-traitée : 38 % des entreprises sous-traitent à des prestataires, majoritairement privés (64 %), pour un montant total de 7,3 Md€.

Plus de financements publics pour la R&D privée
Les entreprises ont par ailleurs de plus en plus recours aux financements publics. Ces financements sont en hausse de 14 % pour atteindre 3 Md€, qui pour l’essentiel reviennent aux PME par le biais de crédits incitatifs (OSEO notamment, mais hors CIR ou JEI). Les projets de recherche liés à la défense concentrent plus de la moitié des fonds publics avec notamment près de 39 % de l’ensemble des fonds publics pour la construction aéronautique et spatiale. Côté R&D public, les universités deviennent, selon le ministère, le « premier secteur d’exécution de la recherche publique en 2008 » avec 26 % de l’ensemble des ressources et une croissance des commandes privées de 16 % (en volume).

Source : www.innovationlejour…

Leave a Response