Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Suisse : Des cellules reprogrammées par leur microenvironnement

Les cellules souches, qui par différenciation cellulaire évoluent en cellules spécialisées, représentent un formidable potentiel dans les domaines de la régénération d’organes endommagés ou de la transplantation d’organes. L’étude des mécanismes exacts du processus de différenciation ainsi que la connaissance précise des paramètres qui l’influencent constituent des prérequis avant toute éventualité de transposition en médecine réparatrice. L’équipe du Laboratoire de dynamique des cellules souches, commun à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, à l’Université de Lausanne et au Centre hospitalier universitaire vaudois, et dirigé par le professeur Yann Barrandon, vient de franchir un pas supplémentaire en ce sens, dans une étude publiée en collaboration avec des chercheurs de l’Université d’Edimbourg dans la revue britannique Nature.

Les biologistes lausannois sont parvenus à reprogrammer des cellules du thymus en cellules cutanées. Le thymus est un organe lymphoïde (glande) primaire situé derrière le sternum et devant la trachée ; sa fonction principale consiste en la différenciation de cellules souches lymphoïdes, issues de la moelle osseuse, en lymphocytes T (processus de thymopoïèse). Le thymus contient des cellules épithéliales thymiques formant un réseau tridimensionnel organisé en zones corticales et médullaires. Chez des rats, les scientifiques ont extrait ces cellules, les ont mises en culture, puis les ont transplantées en les intégrant à des cellules de peau de rats en développement. Sans autre stimulus externe que le seul environnement constitué par ces cellules de peau, les cellules épithéliales se sont alors différenciées de façon irréversible en cellules cutanées, cette différenciation étant corrélée avec un changement de l’expression des gènes des cellules thymiques. Les cellules cutanées obtenues, mises à leur tour en culture puis transplantées, ont évolué en cellules épidermiques et follicules pileux. Les cellules thymiques, d’origine embryonnaire endodermique, ont ainsi évolué en cellules cutanées, qui sont d’origine ectodermique.  »C’est l’environnement dans lequel elles sont placées qui les fait changer de nature », souligne le professeur Barrandon. L’étude de la différenciation des cellules épithéliales thymiques en d’autres types de cellules que les cellules cutanées constitue une prochaine étape.

www.nature.com/natur…
Source: Rapport d’Ambassade

Leave a Response