Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Annonces

Un nouveau centre danois pour la recherche sur les cellules souches
La connaissance des cellules souches est fondamentale pour comprendre le cancer et le diabète. La recherche danoise en cellules souches sera fortement aidée par la prochaine création d’un nouveau Centre danois pour la recherche en cellules souches, Danstem, à l’Université de Copenhague. Le centre a reçu au total 415 millions de couronnes, soit plus de 50 millions d’euros. De plus, le chercheur de renommée internationale Henrik Semb deviendra directeur de ce centre, qui devrait ouvrir ses portes en 2011.

Partout dans le monde, de grands investissements financiers sont réalisés dans le domaine des cellules souches. Le nouveau centre de recherche de Copenhague, qui comptera environ 100 chercheurs, renforcera la position danoise dans ce domaine de la recherche, surtout dans les questions de traitement du cancer ou du diabète, pour lesquels l’Université de Copenhague a déjà beaucoup apporté par le passé. « DanStem hébergera tous les domaines de recherche liés aux cellules souches : des mécanismes moléculaires fondamentaux aux expériences cliniques en hôpital. L’Université de Copenhague rend cela possible par l’environnement de recherche qu’elle a déjà créé dans le domaine du cancer ou du diabète. Cela illustre le besoin de construire la production de connaissances autour de la recherche fondamentale », explique Ralf Hemmingsen, recteur de l’université.

 »La recherche dans le domaine des cellules souches est un domaine plein de possibilités. Je suis donc très satisfaite que nous puissions, grâce à un investissement ciblé dans ce domaine de la recherche, aider le Danemark à figurer parmi les pays à la pointe de cette recherche. Cet argent implique également un renforcement significatif de l’éducation à la recherche, bénéfique au public comme aux entreprises privées », confirme Charlotte Sahl-Madsen, ministre de la science, la technologie et de l’innovation, dans un communiqué de presse.

Le nouveau directeur de ce centre, Henrik Semb, actuellement directeur du centre de recherche sur les cellules souches de Lund, en Suède, voit un grand potentiel dans cette association de la recherche sur le cancer et le diabète. « Dans ce nouveau centre, les chercheurs auront l’opportunité unique de combiner la recherche sur les cellules souches avec les deux autres domaines de recherche. Nous étudierons les mécanismes fondamentaux des cellules souches, et nous essaierons d’induire des cellules souches à devenir des cellules productrices d’insuline, des cellules beta. Nous allons aussi nous focaliser sur l’identification et la caractérisation des cellules cancéreuses « souches » pouvant être la cause de certains cancers tels que le cancer du sein », continue le professeur Henrik Semb.

DanStem sera situé à l’Université de Copenhague, et collaborera avec l’hôpital universitaire de Copenhague, et des universités et entreprises internationales. Le centre est divisé en deux sections. L’une fera de la recherche fondamentale, aidée par une donation de 350 millions de couronnes (50 millions d’euros) de la Fondation Novo Norisk, et une section de recherche stratégique, aidée par une donation de 65 millions de couronnes (9 millions d’euros) du Conseil Danois pour la Recherche Stratégique.

Source : Rapports d’Ambassade

La Californie reçoit plus de 280 millions de dollars d’aides pour la recherche thérapeutique
Le Therapeutic Discovery Project (TDP) est une initiative commune de l’ « Internal Revenue Service » (IRS) et du « Department of Health and Human Services » (HHS) visant à soutenir les projets de recherche thérapeutique à fort potentiel innovant, portés par de petites entreprises. Via le TDP, 1 milliard de dollars a été dégagé pour soutenir les entreprises dont les projets de recherche ont été sélectionnés. Ces aides sont offertes sous la forme de crédits d’impôts ou de financements directs afin que les jeunes pousses qui ne dégagent pas encore de bénéfice puissent bénéficier de ce soutien. Etaient spécifiquement recherchés les projets répondant à trois problématiques :
- Créer des thérapies innovantes destinées soit à couvrir des besoins thérapeutiques actuellement non couverts, soit à prévenir, détecter ou traiter des maladies chroniques ou aiguës .
- Réduire les coûts de santé à long terme aux Etats-Unis ou contribuer à la création d’un remède contre le cancer dans une période de 30 ans.
- Créer et soutenir des emplois qualifiés et offrant un haut salaire et contribuer à la compétitivité des Etats-Unis dans les domaines des sciences de la vie, de la biologie et de la médecine.

Le financement apporté par le TDP couvre jusqu’à 50% des frais engagés en 2009 et 2010 pour chaque projet de recherche sélectionné, avec un plafond fixé à 5 millions de dollars par entreprise. Les entreprises les plus dynamiques ont pu soumettre de multiples projets, chacun étant traité comme une candidature indépendante. Afin de cibler les petites entreprises et les jeunes pousses innovantes, ce programme d’aide était uniquement ouvert aux entreprises employant moins de 250 salariés.

La liste des 2 923 candidats sélectionnés a été publiée au début du mois de novembre par l’IRS. Le financement direct est très largement majoritaire puisqu’il représente plus de 98% des fonds alloués à l’échelle nationale. L’industrie californienne se place en tête du classement, recevant plus du quart des financements alloués par le biais de 1 261 projets sélectionnés. Les thématiques abordées sont variées et couvrent des domaines tels que la mise au point de matériel médical, de méthodes de détection de maladies, de développement de traitements chimiques et biologiques ou d’interventions chirurgicales. On peut également noter la concentration des financements en Californie, notamment en raison du fait que certaines entreprises ont obtenu 3 et 4 projets sélectionnés.

www.irs.gov/business…,,id=228690,00.html
www.irs.gov/newsroom…,,id=220809,00.html
Source : Rapports d’Ambassade

L’Allemagne consacre près de 2,8% de son PIB à la recherche et au développement
Selon les derniers chiffres publiés par la Fédération des donateurs pour la science allemande (Stifterverband für die deutsche Wissenschaft), les efforts publics et privés de l’Allemagne en matière de recherche et développement (R&D) ont représenté 2,78% du PIB en 2009. La Ministre fédérale de l’enseignement et de la recherche, Annette Schavan, s’est réjouie de l’effort d’investissement malgré la crise, en soulignant au passage l’importance que représente la Stratégie Hightech pour le pays. L’objectif de 3% du PIB en R&D fixé par la stratégie de Lisbonne est donc atteignable, mais nécessite un maintien de l’effort public et privé dans ce domaine.

Bien que la part d’investissements privés ait diminuée en 2009 (-2,3%), cette diminution fut moins importante que le recul de l’économie sur cette période (-4,6% entre 2007 et 2009). Pour 2010, les entreprises allemandes prévoient de revenir au niveau d’investissement dans le domaine de la R&D tel qu’il était avant la crise. Selon le Stifterverband, les investissements en mai et juin de cette année ont connu une hausse de 4,6%. On s’attend notamment à une augmentation du personnel en R&D de 10.000 postes sur la même période. Pour l’année 2010, 340.000 personnes travaillaient dans ce domaine, soit 36.000 de plus qu’en 2005.

Source : Rapports d’Ambassade

Leave a Response