Une lettre d’informations d’Act In Biotech

La « FIVETE » induit un excès de malformations

Selon une étude française, l’assistance médicale à la procréation augmente les risques d’anomalies cardiaques et urinaires.
« Anomalies cardiaques, génito-urinaires ou encore angiomes cutanés, les enfants nés après une assistance médicale à la procréation (AMP) ont un risque légèrement accru de malformations congénitales, selon une vaste étude française présentée hier au Congrès européen de génétique humaine, qui se tient à Göteborg (Suède). Plus de trente ans après la naissance du premier bébé-éprouvette (Louise Brown, en 1978), les techniques d’AMP ont explosé dans le monde. Fécondation in vitro (ou «fivete»), injection de spermatozoïde directement dans l’ovule (ICSI) ou encore insémination artificielle, les différentes méthodes sont à l’origine de 2,5% des naissances en France. Au total, plus de 200.000 enfants ont été ainsi conçus dans notre pays (…) ».

Lefigaro.fr, par Sandrine Cabut, le 15.06.2010

Tagged as:

Leave a Response