Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Cœur artificiel : Carmat entre en Bourse

En octobre dernier, Carmat avait inauguré à Vélizy une salle blanche devant permettre les essais du cœur artificiel sur des humains.
Le cœur artificiel entièrement implantable Carmat fera l’objet de tests cliniques sur l’Homme en 2011. Pour financer ce nouveau développement Carmat SAS s’apprête à faire son introduction en Bourse. Elle a reçu l’autorisation de l’AMF lundi soir.
La société Carmat a obtenu lundi soir 14 juin de l’Autorité des marchés financiers l’autorisation de procéder à son introduction en Bourse sur le marché Alternext de NYSE-Euronext Paris. L’entreprise en avait formulé la demande le 21 mai dernier. Créée en 2008 par EADS et le fonds d’investissement Truffle Capital, Carmat SAS développe un cœur artificiel totalement implantable. Elle souhaite, à travers l’émission de 800 000 actions d’une valeur nominale qui pourrait être comprise selon les indications de l’AMF entre 17,35€ à 20,15€, lever dans un premier temps jusqu’à 15 M€ représentant 22,15% de capital.Grâce à cet apport, Carmat entend financer « la finalisation des études précliniques sur le cœur artificiel total (tests de qualification in vitro et tests biologiques) incluant la fabrication et l’assemblage d’une quarantaine de bioprothèses et de bancs d’essais », ainsi que « les premiers essais cliniques du cœur artificiel total sur l’homme qui devraient se dérouler à compter du quatrième trimestre 2011 ».

Quinze années de recherches confidentielles
Le projet porté par le professeur Alain Carpentier, directeur du laboratoire d’études et de greffes des prothèses cardiaques de l’Université Paris VI et inventeur des bioprothèses valvulaires, bénéficie d’un budget de R&D évalué à 75 M€ soutenu par Oséo avec l’autorisation de Bruxelles à hauteur de 33 M€. L’Offre publique à prix ouvert (OPO) devrait être lancée le 6 juillet prochain. Aujourd’hui, près de 17 millions de personnes meurent chaque année de maladies cardiaques pouvant être évitées grâce à l’implantation d’un cœur artificiel. Le coût d’implantation de Carmat est estimé à 250 000 € aujourd’hui, l’équivalent d’une greffe du cœur. Rendu public avec la création de la société en 2008, le projet Carmat a cependant bénéficié de 15 années de recherches ultra-confidentielles dans les laboratoires d’EADS.

Source : le journal de l’innovation juin 2010

Leave a Response