Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Canada : Un virus pour lutter contre le cancer

Le Dr John Bell, chercheur à l’Institut de Recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IRHO), et son équipe ont développé le tout premier virus oncolytique injectable par intraveineuse. Le virus étudié, nommé JX-594, fait partie de la souche des poxvirus, souche dérivée de celle utilisée dans les vaccins contre la variole. Bien que pouvant naturellement se reproduire dans les cellules cancéreuses, le virus a été modifié génétiquement pour augmenter son efficacité. Des essais cliniques antérieurs ont prouvé que le JX-495 détruisait les tissus tumoraux lors de son injection directe dans la tumeur. Les nouveaux essais, menés à Ottawa mais également aux Etats-Unis, ont permis de démontrer que le virus était également efficace lorsqu’il était injecté par intraveineuse. 23 patients participants à cet essai ont reçu une seule dose du virus mais à des concentrations différentes. Alors que seulement le tiers des patients ayant reçu une faible dose du traitement ont développé des signes de contrôle de la maladie ou une réponse à l’injection, 75% des patients ayant reçu une forte dose ont répondu favorablement au traitement. De plus, des biopsies ont pu prouver la réplication sélective du virus à l’intérieur des tumeurs ainsi que la destruction des tissus tumoraux chez ses patients. « Ces résultats sont très encourageants, en particulier à un stade aussi précoce de l’essai, affirme le Dr Bell, également Professeur à la Faculté de Médine de l’Université d’Ottawa. Nous prévoyons maintenant faire d’autres essais cliniques, y compris une troisième phase cette année, pour examiner plus en profondeur ce traitement. Nous utilisons en même temps les résultats des essais pour apporter en laboratoire d’autres améliorations à ces virus. Nous croyons que le cycle itératif de recherches en laboratoire et d’essais cliniques est essentiel à la mise au point de virus oncolytiques et d’autres biothérapies contre le cancer. » Ces résultats prometteurs ont été présentés lors de l’Assemblée Annuelle de l’American Society of Gene and Cell Therapy qui s’est déroulée à Washington le 20 mai dernier.

Leave a Response