Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Canada : Les enfants exposés aux pesticides risquent de développer des troubles du comportement

Des chercheurs de l’Université de Montréal viennent de faire un lien entre l’exposition aux pesticides et l’apparition d’un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA) chez les enfants. L’étude a été réalisée en collaboration avec l’Université Harvard et a été publiée en ligne dans la revue Pediatrics. Maryse Bouchard, chercheuse au Département de Santé Environnementale et Santé du Travail de l’Université de Montréal a conduit une étude visant à étudier le rapport entre les organophosphates, que l’on trouve dans les pesticides, et des problèmes de développement cognitifs ou de troubles du comportement. Menée sur 1.139 enfants âgés de 8 à 15 ans et représentatifs de la population américaine, l’étude a consisté à mesurer les concentrations de pesticides présents dans des échantillons d’urine. Par ailleurs, une discussion avec les parents des enfants a permis de s’assurer du diagnostic d’hyperactivité avec trouble de l’attention. Les résultats montrent que l’exposition au malathion, dont la présence fréquemment observée dans l’urine des enfants américains, contribuerait au THADA. « Des études antérieures ont montré que l’exposition à certains organophosphorés pouvait causer une hyperactivité et des déficits cognitifs chez les animaux » indique Maryse Bouchard. « Notre étude révèle que l’exposition aux organophosphorés pendant l’enfance, et donc, pendant le développement, pourrait avoir des effets persistants sur le système nerveux et provoquer des comportements de type THADA, tels que des troubles de l’attention et des déficits cognitifs ». De futures recherches devraient utiliser des prélèvements d’urine collectés sur une durée plus longue afin de mieux apprécier la récurrence de l’exposition et à quel moment du développement celle-ci est la plus critique.

pediatrics.aappublic…

Leave a Response