Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Un gène qui endort et protège de l’alcoolisme

Les gens sont moins tentés de boire en grande quantité si cela les fatigue que si cela les stimule ou les désinhibe.
« Pourquoi certains tombent-ils de sommeil après seulement un verre de vin alors que d’autres peuvent enchaîner les cocktails jusqu’au bout de la nuit sans ressentir la moindre somnolence? La différence tient peut-être à un gène. Un gène qui, selon des chercheurs américains, protégerait en fait les individus, dont on dit souvent qu’ils ne «tiennent pas» l’alcool, d’une dépendance à ce produit. Pour parvenir à cette conclusion originale, l’équipe de Denis McCarthy (université du Missouri) a scruté le comportement de 91 jeunes afro-américains dans les heures suivant l’ingestion d’une quantité modérée d’alcool. Il s’est avéré que ceux qui avaient le plus tendance à somnoler après avoir bu étaient plus souvent porteurs d’un gène appelé ADH1B*3. Or, d’autres chercheurs ont établi que ce variant du gène de l’alcool déshydrogénase (une des enzymes responsables du métabolisme de l’alcool) est associé à une faible dépendance à l’alcool (…) ».

Lefigaro.fr, par Sandrine Cabut, le 10.05.2010

Tagged as:

Leave a Response