Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Annonces

SAMPO : Invitation de chercheurs français en Finlande
L’ambassade de France en Finlande lance ce programme qui vise à permettre à des chercheurs français qui n’ont pas encore de contacts en Finlande de découvrir le pays et son environnement de recherche, le paysage de leur domaine scientifique, et d’échanger avec des collègues afin de nouer de nouveaux partenariats et d’étendre leur réseau international. Toutes les thématiques sont concernées, y compris les SHS.
Consulter le site de l’ambassade.
Date limite de dépôt des dossiers : 30 mai 2010.
Contact : Emmanuel Salmon, attaché de coopération scientifique et universitaire.

22 milliards d’euros pour l’enseignement supérieur et de la recherche
Dans la perspective de la mise en place du grand emprunt, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche souhaite qu’un maximum de chercheurs soient informés sur les enjeux et les modalités de ce dispositif. Pour cela le ministère a mis en place un espace dédié sur son site Internet www.enseignementsup-…pid23961/investissements-d-avenir.html%20%20. Ce module d’information évoluera en fonction des avancées du grand emprunt.

Source : Le Fil de Marianne

La Chine accentue ses efforts en R&D pour rattraper l’Occident
Avec l’annonce par la Chine il y a quelques mois d’une nouvelle augmentation de son budget de recherche (+26%), qui atteint de fait environ 170 milliards de yuan (17 Milliards d’euros) par an, la Chine cherche plus que jamais à se positionner et à conforter sa place dans la recherche scientifique et technologique mondiale. Un des points centraux de cette politique se trouve dans la formation des jeunes en sciences et dans les opportunités qui leur sont offertes à la fin de leurs études pour travailler et intégrer les instituts et les laboratoires de recherche chinois. Ainsi, en 2007, la moitié des étudiants chinois (soit plus de 12 millions) poursuivaient des études en cycles supérieurs en sciences et ingénierie, en santé et en agriculture, dont 144.000 en dehors de la Chine (52.000 aux États unis). En 2009, plus de 240.000 doctorants (toutes disciplines confondues) ont été diplômés en Chine (contre 18 en 1978). Le pays favorise aujourd’hui le rapatriement des jeunes docteurs de la diaspora mondiale : alors qu’en 1994, 3000 d’entre ceux ayant étudié aux États-Unis rentraient en Chine, ils étaient en 2007 plus de 40.000, pour une croissance moyenne annuelle de 25%. Dans quelques années, la Chine comptera plus de chercheurs en science, ingénierie, santé et agriculture que l’Europe ou les États-Unis. Ainsi, c’est afin de favoriser les retours volontaires des jeunes chercheurs dans leur pays d’origine, en développant les infrastructures et en donnant plus de moyens aux instituts de recherche et aux laboratoires, que la Chine a augmenté ses dépenses en R&D, qui sont passées de l’équivalent de 68 milliards de yuan (6,8 milliards d’euros) par an en 1995 à l’équivalent de 696 milliards (69,6 milliards d’euros) en 2008, ce qui la place au quatrième rang mondial derrière les États-Unis, l’Union Européenne et le Japon.

Source : Rapports d’Ambassade

Dernière ligne droite avant la création du Centre sur la thrombose et l’hémostase à Mayence
Un comité international d’experts a émis le 29 avril 2010 un avis favorable pour la création d’un Centre sur la thrombose et l’hémostase (CTH) à Mayence. Ce centre sera le sixième des huit centres intégrés de recherche translationnelle et de soins (Integrierte Forschungs- und Behandlungszentren – IFB) prévus par le Ministère fédéral de l’Enseignement et de la Recherche (BMBF). Cette nouvelle structure commune à l’Université Johannes Gutenberg et à la clinique universitaire de Mayence sera financée à hauteur de 15 millions d’euros sur les 5 prochaines années. Le CTH devrait ouvrir ses portes dans quelques mois et employer environ 120 scientifiques et personnels médicaux. Quatre nouvelles chaires doivent être créées sur les problématiques de la recherche sur la thrombose et du traitement de cette maladie. Le futur centre s’appuiera sur le réseau interdisciplinaire, déjà présent à Mayence, de groupes d’excellence spécialisés sur la thématique de la prévention vasculaire. Norbert Pfeiffer et Reinhard Urban, directeurs respectivement médical et scientifique de la clinique universitaire de Mayence, se sont accordés sur les objectifs du CTH : fournir une recherche d’excellence et un centre d’accueil des patients offrant une qualité de diagnostic et de thérapie unique en Allemagne. Les interactions entre recherche fondamentale et recherche clinique seront multipliées afin d’améliorer en continu l’offre de soins proposée aux patients. Le président de l’Université Johannes Gutenberg, Georg Krausch, et le directeur de la polyclinique médicale II, Thomas Münzel, se sont félicités de ce succès pour les nombreux scientifiques et médecins engagés dans ce domaine. Les nouvelles subventions permettront de développer un centre de renommée internationale sur les trois volets principaux que sont la recherche, la formation et l’offre de soins. Enfin, la ministre pour la science de la région de Rhénanie-Palatinat, Doris Ahnen, a rappelé que dès 2008, la région a soutenu avec son « initiative pour la recherche » le procédé de spécialisation des universités dans le but de faire ressortir des profils valorisant leurs forces spécifiques. Selon elle, cette initiative a contribué à la reconnaissance de Mayence comme centre d’excellence en recherche vasculaire. La région de Rhénanie-Palatinat prévoit de soutenir le CTH à hauteur d’un million d’euros.

Source : Rapports d’Ambassade

Leave a Response