Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Japon : Production d’un intestin à partir de cellules iPS de souris

Une équipe de chercheurs de l’université médicale de Nara, menée par le professeur Yoshiyuki NAKAJIMA, est parvenue à produire un organe similaire à un intestin à partir de cellules souches pluripotentes induites (iPS) de souris.

Rappelons que les cellules iPS ont été découvertes en 2007 par le professeur Yamanaka de l’université de Kyoto. Elles ont pour caractéristiques d’être produites à partir de cellules somatiques adultes et de présenter des propriétés analogues à celles des cellules souches embryonnaires. Si ces cellules ont déjà permis d’obtenir des feuillets de cellules différenciées de divers types, elles n’avaient pas jusqu’ici montré leur capacité à induire des organes entiers, ces derniers étant des structures tridimensionnelles complexes en général composées de plusieurs sortes de cellules.

Les chercheurs ont cultivé des cellules iPS fixées au dos du couvercle d’une boîte de Petri, de façon à ce qu’elles soient suspendues. Au bout de six jours, les chercheurs ont transféré les cellules dans la boîte de Petri et ils ont continué à les cultiver. Au bout de 7 jours, le tissu a commencé à prendre une forme cylindrique. Enfin, deux semaines plus tard, l’ensemble avait pris la forme d’un tube d’un diamètre de 2 mm et d’une longueur de 5 mm. Ce tube était composé de plusieurs couches de cellules correspondant aux couches qui constituent l’intestin : muqueuses épithéliales, muscle, cellules interstitielles de Cajal et neurones entériques. L’organe s’est montré capable du mouvement péristaltique, série de contractions musculaires grâce auxquelles l’intestin fait descendre son contenu.

Les chercheurs réfléchissent maintenant aux possibles applications à l’être humain. Leurs résultats ouvrent en particulier la possibilité d’établir des modèles pour les maladies qui touchent l’intestin, telles que la maladie de Crohn (inflammation chronique de l’intestin dont les causes sont pour l’instant mal connues). Au-delà, ils envisagent également la production des intestins destinés à être transplantés, l’utilisation de cellules iPS provenant du patient permettant de réduire les risques de complications ou de rejet de la greffe.

www.sciencedirect.co…

Leave a Response