Une lettre d’informations d’Act In Biotech

Italie  : Découverte d’un gène essentiel au bon fonctionnement de la mémoire

Le cerveau des mammifères et d’autres espèces est, toute sa vie durant, le siège de la formation de nouveaux neurones suivant un processus appelé neurogenèse, indispensable à la formation de la mémoire dans l’hippocampe. On ignore cependant les modalités suivant lesquelles les nouveaux neurones sont intégrés dans les circuits existants et leur contribution à la formation des souvenirs. Surtout, les mécanismes moléculaires qui gouvernent la coordination entre les processus de prolifération, de différenciation et d’intégration des nouveaux neurones dans les circuits existants sont peu clairs. Une équipe de chercheurs italiens a récemment identifié le rôle essentiel d’un gène, PC3/Tis21 (aussi connu sous le nom de BTG2), dans la différentiation des neurones. Cette équipe, composée de chercheurs du CNR, de l’Università Lumsa et de la Fondation Santa Lucia, a publié ces résultats sur la revue internationale PLoS One. « Nous avons observé que le manque de PC3/Tis21 bloque la maturation des nouveaux neurones de l’hippocampe », explique Felice Tirone de l’Institut de neurobiologie et médecine moléculaire (Inmm-Cnr), « et cela se traduit par une perte sélective de la mémoire contextuelle, qui est à la base de la capacité à établir les liens entre les différents événements. En effet, le neurone immature n’est alors pas intégré dans les circuits de la mémoire contextuelle. En revanche, d’autres types de mémoire, dépendantes de l’hippocampe, comme la mémoire spatiale, restent normales, ce qui suggère qu’il y a une corrélation entre les phases finales de maturation du neurone et le fonctionnement de la mémoire contextuelle, et aussi que PC3/Tis21 peux jouer un rôle dans la régulation du temps d’intégration du nouveau neurone dans les circuits de mémoire. […] La mise en évidence du rôle de PC3/Tis21/BTG2 dans la maturation des neurones de l’hippocampe pourrait aussi suggérer une implication dans des pathologies dégénérescentes de l’hippocampe comme Alzheimer. De manière générale, les résultats obtenus indiquent que la bonne différenciation du neurone est critique pour le bon fonctionnement des circuits de mémoire, puisque des déficits de mémoire contextuelle ou spatiale apparaissent même si la différentiation du neurone est accélérée (comme c’était le cas dans nos études précédentes) et non pas uniquement lorsque la différenciation est inhibée, comme observé ici. »
www.plosone.org/arti…

Leave a Response